Le magazine satirique "El Jueves" dont j'avais déjà parlé ici nous gratifie cette semaine (depuis mercredi car contrairement a ce que laisserait penser son nom, le magazine en question ne sort pas en kiosque les jeudis mais les mercredis) d'une couverture très explicite (oui, encore).

(traduction rapide, titre : 2500€ par enfant*, homme : tu te rends compte, si tu tombes enceinte... ça aura été le plus près de bosser que j'aurais été de ma vie). On reconnaît sur la caricature, en faisant quelques efforts, deux membres très en vue de la famille royale d'Espagne.


Un juge espagnol de la "Audiencia Nacional" (juridiction extraordinaire chargée entre autres des cas de terrorisme, pour plus d'info lire le toujours excellent Eolas) a décidé d'interdire le numéro, de le pilonner et de rompre le moule ayant servi a le faire... ce qui montre a quel point la justice espagnole est à jour sur ce qui se passe réellement dans le monde moderne (je ne médirai pas sur le terme "rompre le moule", très archaïque pour les éditeurs mais qui peut être dans les tablettes des juristes espagnols). Évidemment dans un élan unique, tout ce qui compte comme blogueurs hispanophones  de renom publient quelque chose sur l'affaire... et affichent l'image.

Source : Quelques journaux espagnols dans leur version en ligne
Via : (blogosphere espagnole dans son ensemble).

Des journaux français commencent a en parler : 20minutes.fr et nouvel obs

* Le premier ministre espagnol a promis pour chaque naissance a partir du debout de ce mois de juillet un chèque de 2500€.


Actualisations.
21/07/2007: La police espagnole a effectivement demandé le moule à l'imprimeur (c'est 20 minutos qui le raconte). Face à son inexistence, ils ont demandé les données informatiques (que l'imprimeur reçoit par FTP, a peu près 6 Go d'après le 20 Minutos), les ont gravés sur un DVD et ont détruit les données en possession de l'imprimeur.

22/07/2007 : La policejustice espagnole a demandé ce matin au magazine de fermer leur site car rester en ligne pourrait être un délit. Ils ont obéi.

23/07/2007 : La vice-présidente du gouvernement espagnol croit que la séquestration d'un magazine déjà publié est une solution "d'une autre époque". Par contre sur le fond, elle ne dira rien car la justice "est indépendante".

Pour en finir : J'ai écrit sur les suites de l'affaire et conclu .